Restaurant l'inconnu

Publié le par Harumi

Envie d'un restaurant un peu à part? Je vous propose de découvrir un tout nouveau lieu sur Paris. Pour faire simple, il s'agit de l'établissement du chef Koji HIGAKI, japonais certes, mais orienté clairement vers une cuisine méditerranéenne, plutôt italienne dira t on après avoir aperçu les menus, mais à laquelle on ne peut s'empêcher d'y trouver des accents bien français.

Alors ça donne quoi concrètement? Déjà, jetez un oeil aux photos, on en reparle après ;).

Façade du restaurant face à Aida.

Façade du restaurant face à Aida.

Mises en bouche: Velouté de topinambour et ses chips de carotte. Oeufs de cailles façon pomme de terre. Tarte au potimarron.
Mises en bouche: Velouté de topinambour et ses chips de carotte. Oeufs de cailles façon pomme de terre. Tarte au potimarron.Mises en bouche: Velouté de topinambour et ses chips de carotte. Oeufs de cailles façon pomme de terre. Tarte au potimarron.
Mises en bouche: Velouté de topinambour et ses chips de carotte. Oeufs de cailles façon pomme de terre. Tarte au potimarron.

Mises en bouche: Velouté de topinambour et ses chips de carotte. Oeufs de cailles façon pomme de terre. Tarte au potimarron.

Entrée: Tartare de Saint Jacques sur coulis de carotte recouvert d'une mousse de mozzarella. Focaccia au topinambour recouverte de cresson. Rougets rôtis sur navets et beignets de coques.
Entrée: Tartare de Saint Jacques sur coulis de carotte recouvert d'une mousse de mozzarella. Focaccia au topinambour recouverte de cresson. Rougets rôtis sur navets et beignets de coques.
Entrée: Tartare de Saint Jacques sur coulis de carotte recouvert d'une mousse de mozzarella. Focaccia au topinambour recouverte de cresson. Rougets rôtis sur navets et beignets de coques.

Entrée: Tartare de Saint Jacques sur coulis de carotte recouvert d'une mousse de mozzarella. Focaccia au topinambour recouverte de cresson. Rougets rôtis sur navets et beignets de coques.

Spaghettinis au tourteau et épinard. Entrecôte sauce au moscovado, salsifis, façon cacio e pépé.
Spaghettinis au tourteau et épinard. Entrecôte sauce au moscovado, salsifis, façon cacio e pépé.

Spaghettinis au tourteau et épinard. Entrecôte sauce au moscovado, salsifis, façon cacio e pépé.

Mousse au chocolat, praliné, crème brûlée au thé Earl Grey

Mousse au chocolat, praliné, crème brûlée au thé Earl Grey

Toujours intéressés? Alors, l'inconnu c'est l'histoire d'un resto chic, oui, ne soyez pas surpris du standing, tenez vous droit et souriez ;) . Chic, mais abordable, surtout le midi, où vous pourrez vous en sortir repus pour une trentaine d'euros. Ce menu là était de 50 euros, mais créé spécialement pour la Saint Valentin.

Le concept? Simple, deux menus, un le midi, un le soir. Choix du chef pour un gain de rapidité et un maximum de fraîcheur, et ça, on est pour! Bien sûr ça rappelle assez le menu Omakase des restaurants japonais, dans lequel le chef choisi pour vous ce que vous mangerez.

Les menus sont composés de plusieurs plats, entendez par là hors d'oeuvres, entrées, poisson, pâtes, viande et dessert. Les quantités sont correctes au vu de la quantité de plats, sans compter qu'une focaccia maison accompagne le tout, ainsi que des pâtes maison. Le plat de pâtes inévitable est quant à lui un beau clin d'oeil à l'Italie, au même titre que les produits choisis. En tant que méditerranéenne je lève mon chapeau pour le choix de l'huile d'olive qui était tout bonnement E-X-Q-U-I-S-E!

Le service: Impeccable, attentionné au possible. Votre verre, d'eau ou de vin de se videra jamais complètement, les serveurs ont l'oeil. Chaque met vous est expliqué en détail, et en cas de question supplémentaire, c'est avec un large sourire que vous obtiendrez vos réponses. Le seul reproche que je peux me permettre c'est peut être une volonté un peu trop poussée de vendre l'option du menu, ici, la truffe. Hormis cela, c'était parfait, les plats s'enchainent aussitôt que les assiettes sont vides, et aucune pression n'est mise sur le client.

Le lieu: Le restaurant s'est implanté face au célèbre Aida, dans une petite rue calme du 7°. Simple, sobre, suffisamment spacieuse, lumière tamisée, nappes et murs blancs, la peinture est certes appliquée un peu à la hâte, mais qui s'en préoccupe dès lors que son sac à main a son propre siège? Une légère ambiance musicale aurait néanmoins d'avantage feutré le lieu.

Ce que j'en ai pensé? J'ai certes bien mangé, mais j'ai également mangé bien meilleur. Oui c'était très joli, le soin du détail, l'attention portée au client ne passe pas inaperçue. Toutefois, pour un tel standing, je m'attendais à mieux dans l'assiette. La tarte (les bouts de tarte) froide... à tiédir au moins, et les copeaux de courge crue... Esthétique, mais gustativement vraiment pas exceptionnel. Les oeufs de caille, cuits à la perfection, mais leur tenue de camouflage, froide, trop grasse, et sans véritable croustillant, dommage. Le poisson beaucoup trop salé, même si les légumes contrebalançaient par leur douceur. Les pattes parfaitement al dente, on sent la maitrise, mais le cartilage de crabe indigeste... Bref, je ne pense pas y retourner, peut être leur laisser le temps de se roder d'avantage... Peut être si je l'avais connu avant Kura ...

Pour conclure, c'est un resto à faire en amoureux, pour les personnes intéressées par la gastronomie franco-italienne, dans un coin de Paris plus au calme que le quartier de l'Opéra.

Je vous laisse vous faire votre propre opinion:

Restaurant L'inconnu

15 rue Pierre Leroux

75007 Paris

Tel: 01 53 69 06 03

Réservation recommandée

Fermé le dimanche soir et le lundi.

Commenter cet article